Pourquoi des logiciels libres (open source) ?

Chez Coop IT Easy, nous avons choisi de travailler avec des logiciels libres, que ce soit pour nous (nos outils de travail, dans les limites du pragmatisme) ou pour nos clients (les solutions que nous proposons). Quelles sont les raisons qui nous ont amené à faire ce choix ? Pourquoi est-ce important pour nous ? Mais d’abord, qu’est-ce qu’un logiciel libre ?

Logiciels libres?

Un logiciel libre (aussi souvent appelé « open source » ; nous reviendrons sur la distinction plus loin) est un logiciel qui respecte la liberté des utilisateurs. Il donne à chacun la liberté de l’utiliser, d’étudier son fonctionnement, de le modifier et de le distribuer (avec ou sans modifications).

Contrairement à la plupart des logiciels non-libres, qui privent leurs utilisateurs de certaines de ces libertés en conditionnant leur utilisation à des contrats de licence souvent contraignants, un logiciel libre est au service de l’utilisateur, qui conserve toutes ses libertés.

Il existe des milliers de logiciels libres, dont certains sont très connus : Mozilla Firefox, LibreOffice, Linux, Android,…

Libre ? Gratuit ? Open source ?

Le terme « logiciel libre » vient de l’anglais « free software ». En anglais, il existe une ambiguïté à propos du terme « free », qui peut signifier « libre », mais aussi « gratuit ». Même si les logiciels libres sont souvent disponibles gratuitement, il s’agit bien ici de liberté (free as in freedom) et non de gratuité. Pour éviter l’ambiguïté, on retrouve parfois en anglais le terme « libre software ».

Le terme « open source », quant à lui, a été créé dans un but commercial, en se concentrant sur l’aspect pratique plutôt qu’idéologique. Il a l’avantage, en anglais, de ne pas posséder d’ambiguïté.

Les deux termes désignent finalement le même concept, même s’ils n’évoquent pas la même idée au premier abord (le code source accessible ou la liberté).

 

Raisons d’opter pour des logiciels libres
Liberté pour nos clients

Tout d’abord, la liberté de nos clients est primordiale. Nous ne voulons pas que nos clients soient captifs des solutions que nous leur proposons. À tout moment, un client peut décider de se passer de nos services, tout en continuant à utiliser les solutions que nous leur avons fournies.

Le client peut choisir de déménager son logiciel de gestion et toutes ses données vers un autre fournisseur, ou décider de l’héberger lui-même. Nous proposons même d’accompagner le client dans ce processus s’il le souhaite, en lui fournissant de l’aide et de la documentation. 

Communauté et biens communs

Quand un logiciel libre commence à prendre de l’ampleur, une communauté se forme autour de lui, composée bien sûr des personnes qui créent et améliorent le logiciel, mais aussi de ceux et celles qui rapportent des problèmes, font des suggestions, écrivent de la documentation, traduisent le logiciel, améliorent l’ergonomie, travaillent l’esthétique, communiquent à propos du logiciel, proposent des formations,…

Par exemple, autour d’Odoo, le logiciel de gestion d’entreprise que nous proposons à nos clients, s’est formé une communauté importante qui contribue à l’amélioration du logiciel, principalement en proposant des modules qui ajoutent des nouvelles fonctionnalités. Pour coordonner cette communauté, une organisation a été créée : la Odoo Community Association ou OCA (dont les travailleurs de Coop IT Easy sont d’ailleurs membres).

En utilisant des logiciels libres, nous bénéficions du travail de toute la communauté qui a conçu, corrigé et amélioré ces logiciels. En participant nous-mêmes à ce travail, nous rétribuons la communauté, tout en en faisant profiter tout le monde. En effet, les logiciels libres sont des biens communs numériques : tout le monde peut en bénéficier.

C’est un cercle vertueux : plus il y a d’utilisateurs, plus la communauté s’accroît, plus le logiciel peut s’améliorer, ce qui attire encore plus d’utilisateurs.

Coopération

Nous sommes une coopérative. La coopération est donc une de nos valeurs les plus importantes. Alors que les logiciels non-libres sont portés par la concurrence (chaque vendeur essayant d’attirer le plus d’utilisateurs pour soi au détriment des autres), les logiciels libres, au contraire, incitent à la coopération. Tous les membres impliqués dans la communauté ont tout intérêt à travailler ensemble, car chacun bénéficiera du travail réalisé.

Plutôt que de réinventer la roue chacun dans son coin en espérant qu’elle attirera plus d’utilisateurs que celle des concurrents, la communauté se coordonne pour combiner ses efforts et en faire profiter le plus grand nombre.

Paiement et propriété

Nos clients nous posent souvent des questions par rapport à l’aspect financier et à la propriété des logiciels que nous concevons pour eux. Entre autres :

  • J’ai payé pour cette fonctionnalité. Est-ce que donc le code m’appartient ou non ?
  • Est-ce que d’autres pourront utiliser ce code gratuitement sans mon accord ?

Pourquoi doit-on vous payer tous les mois pour l’hébergement alors que le logiciel est open source et gratuit ?

Travail ou produit 

Nous sommes une coopérative de travailleurs. Ce que nous vendons est avant tout notre travail :

  • analyse des besoins du client
  • mise en place et configuration de l’application
  • conception et développement de fonctionnalités sur mesure
  • aide, accompagnement et soutien du client : réponse aux questions et résolution des problèmes

Nous vendons également des services informatiques qui sont en grande partie automatisés, mais qui ont nécessité du travail de mise en place et demandent un travail de maintenance en continu :

  • hébergement des applications des clients
  • sauvegardes automatisées des données
  • télésurveillance des serveurs
  • mises à jour du logiciel

Nous ne vendons pas comme un produit les logiciels que nous fournissons. Il n’y a en fait pas besoin de les vendre, car ils sont disponibles pour tout le monde.

À qui appartient le logiciel ?

Les logiciels informatiques sont protégés par le droit d’auteur, qui est composé de deux types :

  1. Le droit moral, inaliénable, lie les créateurs à leur création, et revient donc toujours à ses auteurs, c’est-à-dire aux personnes individuelles qui ont créé le logiciel.
  2. Le droit patrimonial, quant à lui, est cessible. Il permet une exploitation économique du logiciel.

Chez Coop IT Easy, les auteurs des logiciels, c’est-à-dire les travailleurs qui créent ces logiciels, cèdent les droits patrimoniaux à la coopérative dans le cadre de leur convention de travail. Ceci signifie que la coopérative peut décider de la manière dont les logiciels seront valorisés.

Bien que la coopérative conserve ces droits patrimoniaux, même pour les développements faits pour nos clients, nous distribuons ces logiciels sous une licence libre (la plupart du temps la GNU Affero General Public License), qui permet à quiconque d’utiliser le logiciel, de le modifier et de le redistribuer (avec ou sans modifications).

Ceci signifie que nos clients (et quiconque d’autre d’ailleurs) pourront, de manière perpétuelle, utiliser ces logiciels et même continuer à les développer indépendamment. Les droits patrimoniaux nous permettraient de modifier la licence et la manière de distribuer le logiciel, mais même dans ce cas-là, toute version publiée précédemment sous licence libre le reste à tout jamais.

Avec des logiciels non-libres, par contre, la plupart du temps, le client qui l’achète ne le possède pas. Quand il paie pour le logiciel, il n’achète qu’une licence pour pouvoir l’utiliser. Le logiciel ne lui appartient pas, et rien ne lui garantit qu’il pourra continuer à l’utiliser à l’avenir. Il a même la certitude que quand le fournisseur cessera de développer le logiciel, il n’aura plus aucun recours quant à d’éventuelles corrections ou nouvelles fonctionnalités. Même durant le développement, l’utilisateur est soumis au bon vouloir du fournisseur. Plus celui-ci est important, plus la probabilité est faible que les demandes d’utilisateurs individuels soient prises en compte.

Développement sur mesure et mutualisation

Si un client paie pour un développement, et qu’après, n’importe qui peut utiliser gratuitement le produit de ce développement, cela peut sembler injuste. Cependant, il est possible de voir la situation autrement.

Tout d’abord, avant de proposer à un client un développement sur mesure, nous cherchons parmi les solutions existantes celles qui pourraient le mieux convenir aux besoins du client. Ces solutions ont été financées par d’autres, et tout le monde peut en bénéficier. Donc les clients bénéficient principalement de l’existant, sans devoir payer son développement.

Si une solution sur mesure est néanmoins nécessaire, le client qui paie pour ce développement se verra fournir une solution adaptée à ses besoins spécifiques. D’autres personnes auront probablement des besoins différents. Le client a donc l’avantage de pouvoir choisir comment le logiciel fonctionnera.

Si l’on décidait de limiter l’utilisation du logiciel au client qui a payé, quels en seraient les bénéfices pour ce client ? Le seul avantage possible serait un avantage concurrentiel. Cependant, la plupart de nos clients travaillent dans un esprit de coopération, et non de compétition, et ont donc tout intérêt à aider le secteur dans lequel ils travaillent.

Quand on y pense, si d’autres utilisent une solution qu’on a financé, est-ce qu’on y perd quelque chose ? Non. Au pire, ça ne change rien. En général, c’est bénéfique : d’autres peuvent proposer ou même financer des améliorations dont on bénéficiera à son tour, plutôt que de faire quasiment la même chose chacun dans son coin.

Rappelons qu’avec les logiciels libres, les clients bénéficient de tout le travail déjà réalisé, qu’ils n’ont pas dû financer. En payant à leur tour pour un nouveau développement, ils rétribuent en quelque sorte la communauté. Ils participent à l’effort commun.

Enfin, pour éviter qu’un seul client ne paie pour tous les autres, nous nous efforçons de mutualiser les développements. Nous mettons en relation nos clients ayant les mêmes besoins, et proposons un co-financement des développements.

Conclusion

Tous ces concepts sont complexes à appréhender mais méritaient de s’y pencher plus en profondeur, aussi bien pour nous, en interne afin de se (re)connecter à l’une de nos finalités sociales, que pour nos clients qui nous posent souvent des questions sur ces matières (et surtout sur leurs implications concrètes : qui paie, comment ça fonctionne ?).

Maintenant que ces questions techniques et même philosophiques ont été décrites dans le détail, il nous semble évident de faire le choix des logiciels libres, en tant que coopérative travaillant pour l’économie sociale, car les valeurs de liberté, de coopération, d’entraide et de communauté, qui nous tiennent à cœur, y sont étroitement liées.

Vous avez encore des questions sur ce sujet et son application chez Coop IT Easy ? Vous désirez utiliser un logiciel libre pour votre gestion au sein de votre organisation ? Contactez-nous !